Au niveau médical, le vaginisme se manifeste par un spasme involontaire, formant ainsi une infranchissable frontière de la musculature pelvienne ...

Le vaginisme est une « disgrâce fantasmatique » assez fréquente et longtemps supportée par le couple, avec uns stoïcisme surprenant. Au niveau médical, le vaginisme se manifeste par un spasme involontaire, formant ainsi une infranchissable frontière de la musculature pelvienne.

Cette maladie met en scène des symptômes regroupés sous le sigle des « 3 P » : Peur, Panique de la Perforation.

Elle retentit sur la sexualité masculine, en empêchant entre autres toute procréation.
La « femme vaginique » se caractérise par un schéma corporel perturbé. Alors que la majorité des petites filles (et des femmes) sont conscientes du creux, la « femme vaginique » se sent pleine.

L'idée de pénétration est pour elle impossible. Tout l'accompagnement va consister à l'aider à prendre conscience qu'elle est creuse. Cette disgrâce est due essentiellement à une éducation trop stricte, orientée vers le mythe de la virginité.

Derrière des bilans pour dyspareunies, se cachent parfois de vraies « femmes vaginiques ». De même qu'une dyspareunie peut favoriser un vaginisme secondaire, programmé par trop de douleurs.

Dans le cadre d'un vaginisme, on ne peut proposer l'utilisation d'un olisbos, et encore avec prudence, que lorsqu'il y a déjà eu pénétration.
En effet, il est important que la femme soit déflorer d'abord par un partenaire.

Par contre, le sexologue peut proposer l'emploi d'un vibromasseur pour réveiller les sens, surtout lorsqu'une frigidité vient compliquer la situation. Un stade des stades important que la « femme vaginique » doit franchir est l'introduction de son doigt dans le vagin pour prendre conscience de son creux. Il est important que la femme se touche, et accepte d'être touché dans son intimité par son partenaire. Elle peut éventuellement dans le cadre de cette approche utiliser un olisbos dans un premier temps de petite taille, puis d'une taille supérieure.

Dans l'abord du vaginisme, il est important d'accompagner le couple, de dédramatiser la situation.

L'érotisme peut être développé en travaillant sur les cinq sens que nous a donné la nature : l'odorat, la vue, le toucher, l'ouie et le goût.

Cela ouvre un champ très grand, gratifiant, qui va permettre au couple d'avancer.

Le choix de l'olisbos en couple est rassurant sur son utilisation future, le choix de la matière, de la forme et des couleurs voire des accessoires permettra un début de dialogue entre le couple sans passage à l'acte.